On a suivi d’un peu plus près certains de nos runners engagés sur le Marathon de Paris… De belles histoires sont à raconter pour la plupart d’entre eux ! Et c’est le cas d’Anthony qui s’est entraîné avec FREQUENCE Running pour tenter un RP sur la distance… L’a-t-il fait ?

1. Quel type de coureur es-tu ?

Je dirais que je ne suis pas le plus rapide, sans être le plus lent non plus. Je ne suis pas un accro de la course à pied mais j’avoue que j’y consacre beaucoup de temps. J’ai toujours eu l’esprit de compétition et je cherche sans cesse à améliorer mes performances sans que cela ne m’empêche de mélanger sport et convivialité avec mes potes à la compote. Le genre de gars qui court avec du gros son dans le dos et qui fait attention à ce qu’il mange au quotidien, mais qui craque facilement sur un bon gros burger bien gras.

2. Quelle est la raison qui t’a motivée à courir ?

J’ai toujours couru, mais la plupart du temps derrière un ballon. J’ai pratiqué le basket-ball en club pendant 24 ans. Depuis tout petit, j’ai toujours été un grand fan du ballon orange. J’ai commencé en poussin alors que mon maillot descendait plus bas que mes genoux, et s’en est suivi un long parcours au niveau régional Bretagne puis en national. Un parcours qui s’est vite compliqué quand j’ai atteint la trentaine et que j’enchaînais les entorses aux chevilles.

J’ai alors décidé qu’il était temps de raccrocher les Jordan. Je me suis rapidement tourné vers une discipline moins dangereuse pour mes articulations trop fragilisées, en allant courir quelques kilomètres avec différents groupes du 18è arrondissement de Paris. Faut croire que j’y ai pris goût !

3. Où aimes-tu courir ?

À choisir, si je pouvais aller courir tous les jours sur les bords de mer de ma chère Bretagne, là où j’ai grandi, je le ferais tous les jours. C’est là que j’aime pratiquer la course à pied avant tout. Déjà parce que les terrains plus souples me font moins mal aux pattes que la route et les pavés, et parce que courir au bord de la mer, c’est autre chose que de zigzaguer entre les vendeurs de marrons chauds derrière la fumée noire d’un bus de touristes moldaves.

Je préfère les terrains sauvages au bitume, mais je vis à Paris, et courir à Paris, c’est quand même grave bien.


« Une fois à l’aise avec la gestion du planning, la diversité des sessions proposées permet de prendre du plaisir à chaque séance. »


 4. Quelle course as-tu préparé ?

J’ai préparé le Marathon de Paris 2018 avec FREQUENCE Running.

5. Anthony, comment as-tu vécu ta préparation avec l’application FREQUENCE Running ?

Au début, je me suis mis la pression. J’essayais absolument de caler toutes mes séances avec mon emploi du temps et ce n’était pas toujours évident. J’avais l’impression que ma préparation était ratée dès le début de mon programme.

J’ai vite compris par la suite que ce n’était pas très grave de reporter des séances, voire en annuler deux ou trois. Une fois à l’aise avec la gestion du planning, la diversité des sessions proposées permet de prendre du plaisir à chaque séance.

6. Quelles ont été tes sensations pendant la course ?

Un marathon, ce n’est vraiment pas une course comme les autres. J’y ai connu plusieurs sentiments. Dès le départ, j’ai senti que j’étais en bonne condition pour faire un truc pas trop mal. Mon plus gros stress était, comme à chaque course, d’être victime du caca de la peur.

J’ai couru les 35 premiers kilomètres un peu plus vite que ce que me conseillait l’application, sans doute un peu surchauffé par tous les drapeaux bretons qui flottaient au bord de la route. Je me sentais vraiment bien, sans douleurs, et très à l’aise au niveau du souffle. Mon erreur aura été d’être allé un peu trop vite sur ces premiers 35 kilomètres car la fin de course a été beaucoup plus compliqué avec des jambes qui ne répondaient plus.

7. Quel était ton objectif de chrono ?

Mon objectif de départ était de courir le marathon en 3h30. Ma bonne préparation marathon m’ayant mis en confiance, j’ai revu mon objectif à la hausse quelques semaines avant le départ en visant 3h15. Je me sentais tellement bien pendant la course que j’ai même songé faire 3h10…

Un peu trop ambitieux, je me suis surestimé sur ce coup là. J’ai finalement passé la ligne d’arrivée en 3h33, établissant tout de même un nouveau Record Personnel.

Anthony au semi-marathon de Rueil le 11 mars !

8. Quel était ton planning (nombre de séances et de semaines) d’entraînement ?

J’ai alterné les séances de fractionné, les sorties longues et les footing pendant 2 mois, à raison de 4 ou 5 séances par semaine.

9. Pourquoi as-tu choisi d’utiliser l’appli FREQUENCE Running pour te préparer ?

J’ai entendu parler de FREQUENCE Running pour la première fois fin 2017 avec Gregory. Il avait préparé son marathon de Rennes, auquel j’ai participé avec lui, avec l’application.

Par curiosité j’ai téléchargé l’appli et je me suis vite rendu compte que, même avec la version gratuite, j’avais tous les conseils dont j’avais besoin et pas mal de réponses à des questions que je me posais depuis un moment. J’avais un coach dans la poche. J’ai alors décidé de préparer mon marathon de Paris avec l’application, qui m’a aidé à me tenir à un vrai plan d’entraînement et à être rigoureux. Moi qui suis tête en l’air, les petites notifications de veille d’entraînement étaient vraiment idéales.


« J’ai alors décidé de préparer mon marathon de Paris avec l’application, qui m’a aidé à me tenir à un vrai plan d’entraînement et à être rigoureux. « 


10. Tu as testé la version Premium de l’application ?

Je me suis lancé oui ! Je n’ai pas assez de recul pour en faire un retour d’expérience mais rien que le fait de pouvoir préparer plusieurs courses en même temps est un gros plus ! Parce que, oui, je prépare plusieurs courses en même temps parce que je suis trop un fifou.

11. Quel est ton prochain objectif de course ?

J’en ai plusieurs. Je compte bien passer sous la barre des 39 minutes sur 10 kilomètres. le premier test sera lors des 10km du Bois de Boulogne le 6 mai prochain. Dans un autre registre, je me lance cette année dans le trail avec des distances plus longues. Je participerai notamment à Belle-île en Trail en septembre prochain avec une distance de 83km…

Chrono portrait de Anthony

On sera là pour encourager Anthony et pour fêter son objectif réussi avec un sub 39 au compteur 🙂