C’est le sujet tabou d’avant course. Pourtant en observant les files d’attentes devant les toilettes avant le départ, on voit un phénomène loin d’être marginal. Ce fameux syndrome du « caca de la peur » touche beaucoup de runner à l’aube de leur épreuve. On vous explique son origine et comment l’éviter !

Résultat de recherche d'images pour "caca de la peur course"

La nutrition fait partie de la préparation d’un coureur à pied. Vous pouvez soigner quelques détails afin de faire vos réserves d’énergie en évitant certains désagréments « gastriques ».

Soignez votre alimentation les derniers jours

Dans les derniers jours de préparation d’un semi ou d’un marathon, il est recommandé d’augmenter la dose de sucre lents dans vos repas. Si vous êtes prêt à enrichir vos apports glucidiques avec des boissons enrichies en maltodextrine (les « pâtes liquides ») testez-les avant. On ne sait jamais, cela évitera à certains quelques imprévus dans la digestion.

Le repas de veille de course est important, ciblez plutôt des sucres lents, et des légumes plutôt cuits que des crudités. Mais ne retirez pas les légumes et les fruits sous prétexte de prévenir une diarrhée. Les fibres sont importantes pour la digestion. Gardez également des protéines, mais allégez ce repas en boissons alcoolisées et en graisses animales (fromages, charcuteries,…). Elles sont difficiles à assimiler.

Anticipez le petit déjeuner d’avant course

Le matin de la course vous pouvez opter pour un gâteau énergétique ou rester sur votre petit déjeuner habituel, si celui-ci est assez riche en sucres et suffisamment digeste. Incluez du pain ou des céréales, des protéines, des sucres de fruits…).

Petit-dej

Un petit dej copieux et digeste pour préparer la course

Certains sont également adeptes du plat de pâtes, cela fonctionne en effet très bien. Dans tous les cas, assurez-vous de prendre ce repas au moins 3h avant le début de la course. La digestion mobilisera de l’énergie, et l’effort de course doit être préservé, en laissant au repos votre système digestif.

Un expresso au petit déj ?

Outre le fait de vous donner un coup de boost 20mn après sa consommation, le café a des effets laxatifs dont vous pouvez tirer profit. Un expresso à la fin de ce dernier repas, et vous irez visiter les toilettes dans la foulée. Vous serez léger dans l’espace de départ, avec un souci en moins à gérer.

Le coup de stress au départ

Malgré tous ces préparatifs, le stress monte juste avant le départ. Cette émotion est normale mais perturbe votre organisme. La peur de l’épreuve, en particulier si c’est la première, peut provoquer quelques diarrhées. C’est le caca de la peur.

Résultat de recherche d'images pour "caca de la peur running"

Rassurez-vous, si vous êtes atteint de ce syndrome, votre objectif n’est pas remis en question. Vous allez juste perdre un peu de temps dans les files d’attentes.

Respirez et relaxez-vous !

En plus du caca de la peur, le stress peut se manifester par une crise d’angoisse : palpitations, transpiration, nervosité exagérée. Quelques moyens simples sont utiles pour se détendre : échangez avec vos proches, vos amis coureurs ou même ce runner qui se prépare à côté de vous. Quelques paroles rassurantes sont bénéfiques.

Résultat de recherche d'images pour "runner zen"

Si la panique arrive, utilisez également votre respiration, pour faire baisser la tension. Mettez-vous au calme, asseyez-vous, et inspirez profondément, en gonflant votre ventre à chaque respiration pendant plusieurs minutes.

Rappelez-vous que vous avez préparé votre objectif avec notre plan FREQUENCE running et que vous êtes prêt. Après le coup de feu du départ, votre esprit sera entièrement tourné vers la course, et vous oublierez bien vite les petits désagréments du départ.