Le froid s’installe, les symptômes apparaissent et les microbes vous guettent ? Vous ressentez une gêne et sentez que votre corps n’est pas au maximum de ses capacités ? Alors que vous aviez prévu cette belle séance de 10×30/30, vous vous posez la question : « Peut-on courir quand on est malade ? ». On vous aide à évaluer si vous devez faire votre session ou bien rester au chaud dans votre lit !

Courir quand on est malade

Les différents symptômes

On se pose cette question chaque année à la même période : « Faut-il aller courir quand on est malade ? »… Voici quelques symptômes et leur association à la pratique ou non d’une activité sportive.

On peut envisager d’aller courir si on a : le nez qui coule, le nez bouché, la gorge irritée ou douloureuse, des maux de tête légers

On envisage plutôt de ne pas aller courir en cas de : la fièvre, des frissons, des courbatures, une fatigue excessive, une congestion bronchique, des maux de ventre, des maux de tête importants.

Ces symptômes sont bien entendus des préconisations et ne font pas office validation à subir une charge physique intensive. Si vous doutez, allez donc chez le médecin pour découvrir son diagnostic sur votre état de forme et votre aptitude à faire des efforts physiques.

Courir quand il fait froid

Télécharger l'application

Courir quand on est malade, oui…mais à certaines conditions !

Il faut rappeler ici que l’on se doit d’écouter son corps et interpréter ce qu’il nous dit. Voici donc quelques recommandations importantes à suivre lorsque vous partez courir « malade »

Si au fond de vous-même, vous sentez la nécessité d’aller vous aérer et courir malgré votre petite fièvre, cela veut probablement dire que vous êtes prêt à fournir un effort. N’hésitez pas à alléger le rythme et l’intensité sur la séance en question. Privilégiez également une séance moins longue et moins demandeuse en énergie pour votre corps en utilisant la fonction permuter de l’application.

Permuter les séances du plan

Pratiquer une activité physique modérée n’est pas préjudiciable. Mais une trop forte intensité pourrait accroitre votre fatigue et s’avérer défavorable à votre guérison.

Pensez à bien vous hydrater avant et après vos séances en méforme. Courir augmente la déshydratation et peut entraîner des plus graves problèmes.


« Pratiquer une activité physique modérée n’est pas préjudiciable »


Courir quand on est malade

Le sport renforce vos défenses immunitaires

La pratique assidue d’activité physique permet d’entretenir une parfaite santé en permettant le maintien de forme de notre corps. Ce que l’on sait moins, c’est qu’elle favorise la régulation des sécrétion de différentes hormones renforçant notre système immunitaire.

Il ne faut pas pour autant penser qu’un système immunitaire affaibli mérite d’être stimulé par la pratique physique. Si nous ressentons de trop inquiétants symptômes, cela montre l’importance de retrouver nos ressources immunitaires pour se rétablir. Courir permet de tonifier notre système immunitaire lorsque nous sommes en parfait état de forme. À l’inverse, lorsqu’une maladie fragilise notre corps, nous ressentirons le besoin de retrouver davantage de ressources immunitaires. Une charge physique associée à une fatigue corporelle, pourrait aggraver cet état déjà critique.


« Il faut apprendre à écouter son corps et interpréter ce qu’il nous dit. »


Pour conclure, on ne saurait être trop prudent en vous invitant à écouter votre corps. Courir quand on est malade pourquoi pas, mais à certaines conditions ! Apprenez à supprimer une ou plusieurs séances de votre plan ou à inverser une séance de fractionné intense avec une séance d’endurance, cela vous permettra de revenir dans les meilleures conditions pour la suite de votre préparation.

Chers FREQUENCE Runners, faites le bon choix en écoutant vos sensations et nous sommes sûr que vous sillonnerez de nouveau les routes très bientôt ! Bon rétablissement à vous 🙂