Cette année, aucun coureur n’a été épargné par la vague de froid et de neige qui a touché la France et l’Europe. Vous avez pu faire quelques séances en intérieur ou à ski de fond pour remplacer l’entraînement, mais votre dossard est pris. Pas moyen de reculer devant l’épreuve à venir. La team vous partage donc quelques astuces pour s’habiller le jour J et réaliser votre objectif en conditions hivernales. Sappés comme jamais 🙂

courir en hiver

C’est la question qui vous taraude en ce samedi soir, veille d’un semi. Votre application météo et Evelyne Dhéliat vous annoncent encore « de terribles températures négatives au lever du soleil ».

S’habiller sans empiler les épaissseurs

Difficile alors de choisir dans votre garde robe de runner, la tenue adéquate. L’empilement de couche n’est certainement pas la solution idéale. Vous allez vite étouffer sous les épaisseurs et la transpiration accumulée devient une bombe à retardement. Le coup de froid annoncé pour l’après course. On prévoit léger malgré le froid.

courir en hiver

Arriver bien chaud dans le sas de départ

Déjà, on mise sur un bon échauffement. Faites le durer un peu plus longtemps que vos quelques minutes de rigueur.  Couvrez vous bien pendant cette phase (veste, survêtement, gants chaud, etc.) et commencez vos 20mn d’échauffement, et ce 40mn avant le départ. Vous aurez le temps de monter en température et pourrez ensuite tranquillement déposer votre sac aux consignes ou à un ami. Prenez le chemin du départ débarrassé des couches inutiles.

Couvrez vous avec du « jetable »

Pour rester au chaud pendant les minutes restantes, la technique la plus classique est celle dite du « sac poubelle ». Au mieux vous avez gardé un poncho plastique distribué à l’arrivée d’une précédente course, au pire, c’est le sac poubelle avec trois trous pour la tête et les bras. Un bon vieux sac 50 litres fait l’affaire, un 100 litres pour les gros gabarits. Moche mais efficace 😉 L’autre option est le vieux t-shirt du semi de la route des vins, millésime 2005…encore en coton. Oui c’est le fameux qui traine au fond de votre penderie depuis 10 ans. Enfin une occasion de s’en servir. Vous le jetterez juste avant le départ dans les poubelles de l’organisation ou le rendrez à vos supporters qui vous accompagnent.

courir en hiver

Le plastique c’est fantastique à l’échauffement

Et la promiscuité dans le SAS de départ vous gardera au chaud, ne vous inquiétez pas de devoir passer 10mn en étant un peu léger. Bien serré au milieu des concurrents et en sautillant de temps en temps, ça passe.

Préservez vos extrémités

Sur la tête, réservez le bonnet à l’échauffement. En course il est utile uniquement en cas de froid polaire bien en dessous de zéro. Sinon un bandeau ou mieux un « buff », ce tour de cou remonté sur les oreilles est le parfait accessoire de vos esgourdes. Au bout des doigts, une paire de gants mais légers. Côté chaussettes, à part pour une course dans la neige, une paire de chaussettes de course à pied classique suffit.

Télécharger l'application

Du classique pour le haut et le bas

Côté jambes, misez sur un corsaire ou un cuissard long en dessous de 5 degrés, mais au dessus de cette température, vous pouvez y aller en short. Après un bon échauffement et un départ canon, vous serez heureux d’être léger.

Et en haut, adoptez les manches longues mais attention à ne pas trop vous habiller, vous risqueriez de le regretter. Réfléchissez bien avant de prendre votre veste coupe-vent. Certains vont même jusqu’à garder un simple manche courte, agrémenté de manchette de vélo, facile à retirer en cas de réchauffement.

Vous l’aurez compris, le jour J, on évite de mettre trop de couches, tout en veillant à bien se couvrir les extrémités. N’oubliez pas que vous allez vous donner bien plus qu’à l’entraînement. Il faut impérativement bien s’échauffer et anticiper l’arrivée où il faudra se couvrir le plus rapidement possible.