Sur le papier l’équation est assez simple : perte de poids = dépense énergétique – consommation alimentaire. Il faut néanmoins cibler son effort et faire attention à certains détails pour que l’entraînement en course à pied, soit également bénéfique pour la perte de calories, sans mettre en danger votre préparation.

C’est le principe de base de tous les conseils minceurs, mangez moins et dépensez plus de calories au quotidien. Mais lorsque l’on suit un plan d’entraînement FREQUENCE running, il faut maitriser quelques subtilités pour ne pas mettre en danger sa santé et continuer à s’entraîner efficacement.

Ne vous pesez pas après une sortie course à pied

Et oui, surtout en été, la déshydratation est le premier danger qui guette le coureur. Vous allez probablement perdre du poids en courant mais ce sera très majoritairement de l’eau. Or la déshydration est non seulement un facteur de contre-performance, mais représente un danger lors des fortes chaleurs. Cela peut aller de la simple crampe, jusqu’au malaise. Ne mesurez donc jamais votre poids juste après un run et ne lésinez pas sur la consommation d’eau. C’est valable lors des fortes chaleurs estivales mais aussi en hiver où la déshydration est présente et se ressent moins. Si vous êtes un accroc de la balance, suivez-la au réveil, et sur la durée.

Brûlez les calories stockées dans les graisses

Si vous souhaitez perdre du poids avec le running, il faut avant tout taper dans le gras. Pour que certaines graisses fondent en courant, il s’agit de privilégier les efforts à intensité moyenne ou faible. On les appelle les sorties en « Endurance » ou « Footing »  dans le plan FREQUENCE running. A cette intensité, l’organisme utilise nos réserves de graisse pour délivrer l’énergie. Jetez un oeil à la fonctionnalité PREMIUM qui permet de calculer les calories perdues avec la course à pied. C’est un bon indice pour déterminer le nombre de calories brûlées lors d’un run.

Si vous êtes possesseur d’un cardio et connaissez votre Fréquence Cardiaque maximale (la FCM), les efforts à intensité « faible » ou « modérée », réalisés en dessous de 70% de cette FCM correspondent à ces séances brûleuses de gras. L’information des zones de fréquence cardiaque recommandées pour les entraînements fait également partie des fonctionnalités PREMIUM.

Cela veut dire qu’il ne faut pas associer la perte de poids aux séances intenses, avec des exercices fractionnés. La dépense énergétique sera importante mais sera majoritairement basée sur les glucides stockés dans vos muscles. Vous brûlerez donc un maximum de calories mais aurez besoin de refaire le plein de glucides juste après l’exercice.

Faites la chasse aux sucres

Le gras a mauvaise presse, pourtant le meilleur ennemi du coureur est le sucre. Pour être précis, c’est celui dissimulé dans bien des aliments, et celui qu’on incorpore de manière automatique dans nos thés, café ou yaourt par exemple. Moins de sucre dans votre alimentation, c’est moins d’apport calorique qui, inutilisé, pourrait être stocké en graisse par notre corps. Essayez le challenge de la semaine sans sucre et vous verrez qu’il existe des moyens très simple de réduire votre consommation de sucre raffiné, sans pour autant suivre un régime contraignant.

Attention également aux abus de « sucres lents ». Réservez les plats de pâtes, riz blanc et pain blanc aux repas d’après effort intense, ou pour les quelques jours précédant une compétition de type semi ou marathon. Bien entraîné, cela permettra de partir le jour J avec le plein d’énergie.