Après les réussites de notre ambassadeur Damien Lejeune, la Belgique est encore à l’honneur avec Kévin, un ardennais fidèle à sa région et aux courses locales. Il nous raconte comment il s’est converti à la course à pied à la sortie de ses études. Une belle histoire et de belles performances avec l’entraînement FREQUENCE Running.

Kevin et sa performance sur semi-marathon

1. Quel type de coureur es-tu ?

Je pense être un coureur polyvalent. Je fais des 10km, des semi, des marathons, des trails d’une vingtaine de km, et des courses d’obstacle. Ce que je préfère ce sont les trails et les courses nature. Depuis peu, je me suis lancé dans le canicross avec ma chienne Holly. C’est la meilleure des co-pilotes. On a même réussi à gagner une course ensemble.

Je suis prêt à faire des sacrifices pour atteindre mes objectifs. Un plan d’entraînement marathon commence 3 mois avant la course et je l’accompagne d’un régime alimentaire plus strict : moins d’aliments sucrés ou gras et élimination totale de l’alcool. Je suis capable de me lever très tôt (4h30-5h) pour faire une séance.


« Je suis un coureur accroc et prêt aux sacrifices »


 

Je suis comme qui dirait un peu accroc. Courir me permet de me sentir bien dans ma peau et dans ma tête. Comme le disais les Romains « Anima Sana In Corpore Sano », un esprit sain dans un corps sain. Ça me permet de faire le vide, de sortir du quotidien et de me sentir heureux. Par contre, en course, je suis un performeur. J’ai besoin de me défoncer un maximum et de toujours me battre.

Pour terminer, je pense être un bosseur. Je progresse et je m’améliore au fur et à mesure du temps. Je sais qu’au final ce n’est que le résultat du travail que je fournis. Quand je vois à quel point j’ai progressé, je suis fier et ça me donne envie de continuer. Dans une boîte à chaussure, j’ai rangé tous mes dossards où j’ai écrit le nom de la course, la date, la distance et le chrono. Quand j’ai un petit coup de mou, je l’ouvre et cette rétrospective me remet sur les rails.

Télécharger l'application

2. Quelle est la raison qui t’a motivé à courir ?

Etant jeune je n’étais pas du tout un sportif. Quand j’étais à l’école primaire, on devait aller courir et je détestais ça. En secondaire, pareil. J’étais le gros de la classe. Sur 7 garçons, 6 étaient sportifs (foot,  basket, ou touche à tous)…et moi je touchais plutôt à la bouffe. Ensuite, dans mes études le sport était encore la dernière de mes préoccupations. Je préférais aller boire et manger avec les potes, ça laissait peu de temps pour s’entrainer !

Et il y a 4 ans j’ai réalisé que je voulais changer et prendre un nouveau départ. Je voulais qu’on arrête de voir le gros, le nul en sport.  J’ai commencé par un peu de musculation et de vélo. Mes journées de stage de fin d’étude commençaient tard, vers 15h30, et j’avais le temps de me bouger le matin… Après j’allumais quand même la Playstation pour me divertir 😉


« La course à pied a changé ma vie »


Puis ma mère m’a converti au running. Elle venait de commencer la course à pied et je l’accompagnais sur son programme « Je cours pour ma forme ». J’ai commencé à aller courir seul et on s’est tous les deux préparé pour l’Ardennaise un 8km. Je l’ai faite en 1h03’ et rapidement enchainé avec un 10km bouclé en 1h13’.

Ensuite c’est la mère de ma copine qui m’a poussé à continuer en parlant de semi et de marathon. Elle avait commencé à courir un peu avant moi et elle m’a donné le dossard de mes premiers semi et marathon. C’est la raison pour laquelle je dis parfois que j’ai 2 mamans.

Accomplir ses objectifs est une forme de revanche personnelle, cela a changé ma vie.

3. Où aimes-tu courir ?

Dans mes Ardennes natales. Quand je vais chez ma mère, j’ai toujours ma paire de trail pour aller courir dans mes forêts. Je varie donc les terrains !

4. Quelle course as-tu préparé ?

Avec un plan d’entraînement FREQUENCE Running j’ai enchaîné les courses :

⁃ L’Ardennaise 21km 2017 : 1h45’
⁃ Le Marathon de Lausanne 2017 : 3h57’
⁃ Le Marathon de Paris 2018 : 3h51’

Et en ce moment, je prépare… L’Ardennaise 2018 😉

 5. Kévin, comment as-tu vécu ta préparation avec l’application FREQUENCE Running ?

Très bien, j’étais débutant et je ne connaissais pas d’exercices pour m’améliorer. Et  avec mes horaires de travail, je n’avais pas la possibilité d’entrer dans un club. Cela a été une véritable révélation pour moi. Avec des exercices qui varient constamment, les résultats sont là. Je vante l’application à tous les débutants.

En plus j’adore le groupe Facebook FREQUENCE runners. C’est un endroit où tout le monde est sur le même pied d’égalité. En plus, tout le monde est là pour s’encourager et partager nos histoires de canard (les vrais FR savent de quoi je parle ;-)). C’est une expérience que je ne regrette pas.

6. Quelles ont été tes sensations lors du Trail d’Orval ?

Excellentes ! J’avais déjà fait cette course l’année avant. Le parcours est magnifique : courir le long de la Semois, traverser la rivière, la petite clairière et sa petite maison perdue dans les bois,… J’avais des sensations géniales dans les jambes, pas de fatigue musculaire, avec parfois l’impression de voler.

Me battre contre un autre coureur, monsieur « Stage 2011 », était aussi motivant. On a joué au chat et à la souris durant au moins 10km, avant de me faire passer dans le dernier kilo. Je vais travailler et je prendrai ma revanche l’an prochain 🙂

Pour l’anecdote, la course était tombée le jour du match Belgique-Tunisie et le départ a eu 5 minutes de retard car les Belges ont réussi à marquer à ce moment là. Et certains supporters avaient fait des pancartes avec le résultat du match. Ça motive de savoir que votre pays fait un match de fou.

7. Quel était ton objectif de chrono ?

Mon objectif était de faire mieux que l’année dernière : 1h42’07’’ Objectif atteint avec 1h41’46’’ Pas une différence énorme mais objectif atteint et je suis passé de la 16e place à la 14e place.

8. Quel était ton planning (nombre de séances et de semaines) d’entraînement ?

Quand j’ai commencé, j’étais à 2 séances par semaine. C’est depuis mon plan pour le marathon de Lausanne que je suis passé à 3 séances semaine. Normalement, pour un plan d’entrainement, je le commence 3 mois à l’avance.


« J’adore le groupe Facebook FREQUENCE runners »


9. Pourquoi as-tu choisi d’utiliser l’application FREQUENCE Running ?

C’est grâce à Damien Lejeune. Je l’avais connu en guindaille (ndr : les fêtes étudiantes en Belgique ;-)) et je l’avais en ami sur Facebook. Je voyais ses résultats et je trouvais ça monstrueux. Il m’a quand même fallu du temps avant d’essayer. J’ai choisi de devenir un FREQUENCE Runner pour préparer l’Ardennaise 2017. Vu les résultats de l’année précédente, je voulais mettre toutes mes chances de mon côté. Je me suis alors dit que j’allais essayer, et que si l’expérience était bonne alors je continuerais. Imaginez alors la suite.

10. Quel est ton prochain objectif de course ?

L’Ardennaise 2018 en 1h38’. Après, je vais me relancer dans la Route des Vins de Remich. Cette course avait été mon premier semi. Je l’ai raté avec la chaleur et une mauvaise préparation. L’année dernière, je l’avais fait en 1h45’. J’ai eu de très mauvaises sensations mais je tiens bon. Je veux finir au moins une fois cette course en étant bien.

On y croit, les FREQUENCE Runners sont derrière Kévin !
Bonne préparation !