Julien a bluffé tout son entourage en passant sous la mythique barre des 3 heures au marathon de Paris 2017 avec l’application FREQUENCE Running.

Personne ne croyait au début de sa préparation qu’il pourrait titiller ce chrono. Ce jeune nantais a couru son premier marathon en septembre dernier en 3h53. Fin décembre, il se lance pour défi avec des amis de courir le marathon de Paris mais cette fois-ci avec un plan d’entraînement personnalisé…

Voici son histoire !

Chrono portrait de Julien

Quelle est la raison qui t’a motivé à courir un marathon ?

J’organise le Marathon de Nantes depuis de nombreuses années et depuis quelques mois j’avais envie de me frotter à cette distance mythique, découvrir l’envers du décor. Après avoir fait le Marathon du Médoc en septembre dernier, j’ai voulu remettre le couvert après un défi lancé entre copains autour de l’apéro.

 Où aimes-tu courir ?

J’aime courir avec les copains autour de l’Erdre, la plus belle rivière de France selon François 1er. Il n’avait pas tort, c’est un terrain de jeu idéal. Pour les sorties longues, j’aime pousser jusqu’à la Loire entre le Pont Tabarly et le site des Machines de l’Ile.

Julien au marathon du médoc

Es-tu satisfait de ta toute première course en suivant un plan d’entraînement FREQUENCE Running ?

Oui, très satisfait. J’avoue qu’au début de l’utilisation de Fréquence Running j’étais sceptique quant à la possibilité d’atteindre mon objectif. L’histoire prouve le contraire et je ne regrette absolument pas d’avoir suivi rigoureusement les conseils et le plan de l’appli.

 Quel était ton objectif de chrono pour le marathon de Paris ?

Au moment de mon inscription au Marathon de Paris, j’envisageais de passer sous 3h30. Pendant les premières semaines de préparation, les sensations étaient bonnes et je souhaitais aller plus loin. Je me suis donc lancé le défi de passer sous les 3h. J’ai forcé l’appli en rentrant mon nouvel objectif en 2h59. Fréquence Running m’alertait en me disant que c’était trop ambitieux compte tenu de mes références et du nombre de sorties hebdomadaires, mais je suis têtu et quand je me lance dans quelque chose j’y vais à fond. Je voulais prendre le risque.

Quelles étaient tes sensations pendant la course ?

Jusqu’au 39ème ça allait bien, puis gros black-out avant d’arriver à la Fondation Louis Vuitton. Les 3 derniers kilomètres ont été très durs. À cet instant, j’ai calculé le temps qu’il me restait avant les 3h de course. Je devais boucler les 3 derniers KM en 5’45. J’ai donc levé le pied pour mettre toutes les chances de mon côté.

Quel était ton planning (nombre de séance et de semaines) d’entraînement ?

Je ne pouvais pas sortir plus de 4 fois par semaine à cause de mon activité professionnelle. Le planning était déjà dur à tenir. J’ai commencé l’entraînement très tôt avec une mise en route juste après les fêtes et une montée en puissance petit à petit début février.

Est-ce que FREQUENCE Running t’as motivé durant toute ta préparation ?

Oui énormément, ça me « forçait » à sortir, même quand je n’étais pas très motivé en rentrant du boulot. De toute manière on a rien sans rien et ça passe forcément par l’entrainement.

finishers Marathon Paris

Selfie entre Finishers 😉

Es-tu prêt à repartir sur une nouvelle course avec FREQUENCE Running ?

Peut-être ! Je ne sais pas encore quelle sera ma prochaine course. J’aimerai emmener mon amie pour qu’elle passe sous les 4h… Chut ! J’attends qu’elle me le demande officiellement et je pense qu’elle utilisera l’app FREQUENCE Running.