Salut à tous,

Ca y est, c’est fini, le rideau tombe, le verdict du chrono dévoile sa vérité implacable : ce sera finalement 2H58 et quelques secondes.

 

Retour sur ma 15ème expérience de la distance « reine » où jadis, même le plus vaillant des messagers grecs dû courber l’échine une fois la ligne d’arrivée franchie pour annoncer la plus belle des victoires : celle contre soit-même .. avant de s’écrouler, le repos bien mérité…

C’est donc hier matin que je me suis rendu à Cap Malo, dans la banlieue de Rennes, pour prendre le départ avec mon ami Thomas, ambassadeur de FREQUENCE Running. Nous avions chacun nos objectifs. Lui, passer sous la barre des 2H45 et moi celle des 2H55. L’organisation est au top, nous arrivons une heure avant le départ et une grande tente est prévue pour réchauffer tous les participants. Ça passe très vite, on s’échauffe une dizaine de minutes, quelques accélérations à allure marathon, un tour aux toilettes et c’est parti, le coup de pétard annonce le début de la course sous un ciel bleu. Il fait frais mais le soleil est présent. La température est idéale pour courir un marathon, autour de 9 degrés, je vais me régaler.


Je pars doucement, et je me cale tranquillement dans un groupe de coureurs à quelques mètres devant les meneurs d’allure -3H.


Je pars doucement, et je me cale tranquillement dans un groupe de coureurs à quelques mètres devant les meneurs d’allure -3H. Je me sens bien, les jambes sont légères et tournent en 4’10 au kilo. La veille, nous avions repéré avec Thomas un passage exposé au vent d’ouest entre le 7ème et le 11ème. Au 5ème, je vois un groupe 50 mètres devant et je me dis qu’il vaut mieux que je le rejoigne avant la partie ventée. Peut-être une erreur, mais qui ne tente rien n’a rien et pour viser sous les 2H55, je me dois d’aller le rejoindre, d’autant que je juge la vitesse de mon petit peloton un peu trop lente :  la plupart ont pour objectif de passer sous les 3H et je vise un peu mieux. Je pars donc chercher le groupe devant et je le rejoins au kilomètre 6 en accélérant légèrement.

Bien au chaud au sein de ce 2ème groupe, je laisse passer les kilomètres jusqu’au 11ème et puis ensuite, c’est chacun sa course, je pars avec 2 coureurs qui sont sur les même bases que moi. Ma course commence, je me sens bien, je maîtrise mon allure et j’essaie d’économiser un maximum d’énergie dans les longues descentes le vent dans le dos, je relâche les bras, le souffle est léger (j’en entend déjà qui soufflent un peu trop fort). Premier gel anti-oxydant entre le 10 et le 14ème, puis un deuxième aux alentours du 20ème. Je passe frais au semi en 1H26’40s, jusque là tout va bien 😉 Je vois Julien @jurunning, un pote de mon ancien club qui me filme en attendant son départ pour le relai du marathon duo. Il m’encourage et cela me fait du bien.

Carte chrono de Jean-Baptiste

C’est au 25ème kilomètre que les choses se compliquent, mes cuisses commencent à devenir de plus en plus lourdes et je suis dans le déni (;-), je ne veux pas en prendre conscience, je me dis que ça va passer, qu’au 30ème, c’est là que le marathon commence et qu’ il n’y a pas de raison de paniquer. J’avoue que j’ évite de regarder ma montre, je cours à la sensation, je regarde les autres courir, et j’essaie de penser à autre chose,. Sauf que le parcours est beaucoup moins plat, il y a des relances, des faux plats montants, des virages à bien négocier. Je prend un 3ème gel au 29ème et c’est là que je vois débouler à toute blinde une des coureuses de mon premier groupe d’allure (souvenez vous). Elle doit être sur des bases de 4min/kilo. Je l’encourage, elle est impressionnante, elle va certainement chercher une place sur le podium féminin, elle me dit que c’est bon, qu’on a le vent dans le dos et qu’il faut en profiter. J’ai beau être concentré et plein de bonne volonté, mes jambes me raisonnent de ne pas essayer de la suivre (surtout pas sinon j’explose !!). Je la vois s’échapper et me prendre quelques centaines de mètres en moins de 15 minutes !


Mes cuisses commencent à devenir de plus en plus lourdes au 25ème et je suis dans le déni. Je me dis que ça va passer, qu’au 30ème, c’est là que le marathon commence…


Et puis, je passe le 30, 31, 32, les jambes sont bien lourdes mais ça tient, je passe quelques kilomètres en 4’30, je résiste dans les montées et je sers les dents. Là, je ne pense qu’à une seule chose : retrouver mon associé Guillaume, notre DG, qui m’attend au 37ème avec la boisson énergétique que je lui ai remis le matin. C’est avec soulagement que je le vois au 36ème juste avant la partie ventée le long de la Vilaine dans le centre de Rennes. Il me servira de lièvre jusqu’à la fin. Le vent souffle fort mais derrière lui, mes forces décuplent, je ne crains plus rien. Je me colle derrière son T-Shirt FREQUENCE Running, Train hard, run easy qu’il disent ;-), je ne vois que çà pendant 5 kilomètres, je m’accroche ! Je bois une gorgée de boisson énergétique à chaque kilo. Je commence à voir de plus en plus de coureurs sur le bas côté, marcher, s’arrêter ou bien encore vomir pour certains. Je me dis que je ne suis pas si mal, que maintenant, c’est au mental. Je vais de l’avant, chez FRÉQUENCE Running, on ne lâche rien ! Je sais que je vais envoyer sur le dernier kilo, je me le promets.


Je commence à voir de plus en plus de coureurs sur le bas côté, marcher, s’arrêter ou bien encore vomir pour certains. Je me dis que je ne suis pas si mal, que maintenant, c’est au mental. Je vais de l’avant, chez FRÉQUENCE Running, on ne lâche rien !


Passage au 40ème, le parcours remonte pour enchaîner sur un virage et une longue descente vers le village marathon. Là, Guillaume me crie dessus, m’encourage, alors c’est parti, je balance tout ce qu’il me reste ! Ça fait mal aux cuisses, ça fait mal aux articulations, mais j’accélère, et je finis le dernier kilo en 3’55, je sprinte dans la dernière ligne droite. Le soleil donne et c’est avec une énorme satisfaction que je passe la ligne, heureux d’en terminer après presque 3H d’effort. Je remercie Guillaume et je retrouve mon pote Thomas qui a explosé son record de 9 minutes (2H44) et je le félicite. D’autant plus, que c’est Yoann, notre président, qui lui a servi de lièvre à partir du 20ème kilomètre.

Yoann aide Thomas dans les derniers kilomètres face au vent.

Aujourd’hui, je suis certes déçu du chrono à l’arrivée mais sur un marathon, rien n’est écrit et je n’ai aucun regret. L’entraînement était adapté à mon niveau, je suis parti sur les bases de ce que je m’étais fixé. Je n’ai fait qu’une sortie longue de 2H et franchement, c’est largement suffisant car j’ai pu tout donner du début à la fin. Je retrouve près des consignes un utilisateur de FR qui a battu son record avec l’application. Il me remercie au nom de toute l’équipe et cela me réconforte.

Voilà, c’est à peine terminé qu’en me réveillant ce matin, je n’ai qu’une seule envie : remettre le couvert ! Je crois que je suis addict 😉 Prochain objectif : Boston Avril 2018, et pour la prépa, ce sera avec FREQUENCE Running

3:07 RP sur le marathon de rennes et 🙏 @frequencerunning , j ai battu mon RP d une minute inespéré après ma pneumonie en septembre .Marathon super top au départ roulant et au 26ème que des faux plats qui cassent le rythme jusqu’à la fin – arrêt Pipi 2 fois – pendant tous ces kilomètres je pense à mon ex louveteaux, les freros, ma famille et je pleure plusieurs fois en pensant à mon étalon.ce chrono est fou car je ne pensant pas le courir encore il y a 15 jours. Content d avoir vu les potes, mais @christophe_ocr et @anthony_eat_and_run sont ceux qui était avec moi et qui m ont portés 😇😍. Coyote un jours coyote tjrs 😋 #adidasrunnersparis #takechargelavillette #takechargeparis #adidasrunnersleague #igrunner #adidasrunning #adidasrunners #parisroadrunners #paris2024 #igrunner #cbd #squadrunner #igrunner #triplex_team #wearetogether #getgoing #tomtom #tomtomadventurer #teamlmrperformance #lmrperformance #apurna #optisport #frequencerunning #worldrunners #runners #instarunfrance #picsoftheday #RunYourWay #runfree #running #runfree #isostarruneurope

Une publication partagée par Greg Leveque (@gregoryleveque) le

Merci à tous ceux qui m’ont soutenu, et chapeau à tous les Finishers du marathon de Rennes !

Retrouvez les derniers épisodes de la préparation Jean-Baptiste :

  1.  S-2 avant le marathon
  2. Ça se corse un peu pour Jean-Baptiste
  3. Jean-Baptiste raconte sa préparation pour le marathon de Rennes